Incidents

Classification of anomalies and incidents

The International Nuclear Event Scale is used to class nuclear events according to their level of gravity. There are eight different levels, ranging from a simple 'deviation' at level 0 to a 'major accident' at level 7.

NB : The French nuclear safety authority's website provides information on significant events at the ILL, as at all the other French nuclear installations.


 

L’ILL, institut de recherche international, exploite un réacteur nucléaire classé INB (Installation Nucléaire de Base).

Le 17 mai 2017 un élément combustible usé s’est bloqué dans sa hotte de manutention, pendant une opération de transfert à l’intérieur de la piscine de refroidissement.

Pratiquée totalement sous eau, l’opération consistait à déposer l’élément combustible usé au fond de la piscine de refroidissement. Elle n’a pas pu s’achever correctement. A ce jour l’élément combustible est toujours bloqué sous l’eau, en position intermédiaire. Sa puissance résiduelle est faible, environ 20 kW.
L’élément est toujours resté sous eau, il ne présente donc ni risque radiologique ni risque d’élévation de température. Une fois dégagé de la hotte de transfert il sera positionné au fond de la piscine comme pratiqué normalement.

Les transferts des éléments usés sont des opérations habituelles, déjà effectuées près de 200 fois à l’ILL sans incident.

Conformément à la pratique pour ce type d’anomalie, le classement retenu est le niveau 1 sur l’échelle INES des incidents nucléaires, qui en compte 8 (du simple écart, niveau 0, à l’accident majeur au niveau 7).
A aucun moment l’évènement n’a induit de risque, ni pour l’installation, ni pour les opérateurs, ni pour l’environnement. 

L’ILL, institut de recherche international, exploite le réacteur nucléaire à haut flux classé Installation Nucléaire de Base (INB n°67).

Les paramètres de fonctionnement de l’installation sont systématiquement relevés pour contrôle toutes les douze heures. Le 9 juillet à 9h, le chef de quart a constaté que certaines zones situées dans l’enceinte interne du réacteur étaient en légère surpression (0,5 à 1 mbar). Lors du relevé précédent, ces paramètres étaient conformes au référentiel de sûreté. Cette anomalie n’a pas été immédiatement détectée car l’alarme associée à la surveillance des dépressions dans l’enceinte de confinement interne du réacteur était inhibée.Il convient également de souligner que le réacteur dispose d’une enceinte de confinement double, et que la pression dans l’enceinte de confinement externe était bien maintenue à sa valeur nominale de 135 mbar.

Cet évènement n’a conduit à aucune conséquence, ni sur l’environnement ni sur les personnes. L’inhibition de l’alarme ayant été effectuée sans analyse formalisée, il est déclaré au niveau 1 de l’échelle INES. A ce titre il fait l’objet d’une information publique. 

L'Institut Laue-Langevin (ILL), exploitant le réacteur à haut-flux de neutrons sur son site de Grenoble, a déclaré à l’ASN le 26 juin 2015, un évènement significatif pour la radioprotection relatif à l’exposition de la main d’un opérateur au-delà du quart de la limite annuelle réglementaire de dose, fixée à 500 mSv pour les extrémités.

Cette exposition s’est produite le 24 juin 2014 lors d’un contrôle d’un appareil de radioprotection par un opérateur de l’ILL. Ce contrôle est réalisé à l’aide d’une source radioactive d’étalonnage, qui est fixée à l’extrémité d’une canne afin de pouvoir approcher celle-ci au plus près des appareils de mesure situés en hauteur.

Lors de son contrôle, l’opérateur a saisi la canne du mauvais côté et a donc tenu la source dans sa main pendant quelques minutes. C’est en reposant la canne que l’opérateur s’est aperçu de son erreur. L’exploitant estime que l’opérateur a tenu la source dans sa main pendant une durée de 3 à 4 minutes.

L’estimation par l’ILL de la dose reçue par la paume de la main de l’agent est d’environ 250 mSv, soit la moitié de la limite annuelle règlementaire. Aucune dose efficace significative n’a été mesurée par le dosimètre passif de l’opérateur, du fait de la distance à la source.

En raison du dépassement avéré du quart d’une limite de dose radiologique annuelle réglementaire, l’ASN classe cet évènement significatif au niveau 1 de l’échelle INES, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité.

L'Institut Laue-Langevin (ILL), exploitant le réacteur à haut-flux de neutrons sur son site de Grenoble, a déclaré le 15 juillet 2013 un événement significatif pour la radioprotection relatif à la présence d’un faisceau de rayonnements ionisants issu d’un dispositif expérimental, en dehors du bâtiment réacteur, dans une zone non prévue à cet effet.

Samedi 13 juillet 2013 vers 23h15, deux expérimentateurs qui stationnaient à proximité du bâtiment réacteur ont été alertés par leur dosimètre opérationnel de la présence d’un débit de dose significatif. Les investigations du service de radioprotection ont permis de déterminer l’origine de cette anomalie et d’y mettre un terme. Cette anomalie était présente depuis le vendredi 12 juillet en fin de journée. Elle était occasionnée par la mise en service d’un instrument expérimental dont la protection radiologique n’était pas complètement en place et qui a été arrêté dès la découverte de l’anomalie.

Le relevé des dosimètres opérationnels des deux expérimentateurs montre qu’ils auraient reçu une dose efficace maximale de 15µSv pour l’expérimentateur le plus exposé, pour une limite autorisée de 20mSv ou 20 000µSv par an. Des investigations complémentaires ont été engagées pour les seize personnes ayant potentiellement circulé dans la zone pendant la période concernée. Ces investigations n’ont pas mis en évidence d’exposition radiologique supérieure aux seuils d’enregistrement.

L'ASN a procédé à une inspection réactive à l’ILL le 17 juillet 2013. Cette inspection a mis en évidence que l’événement résultait notamment d’un mauvais positionnement du dispositif d’arrêt du faisceau de rayonnements ionisants. Les inspecteurs ont également vérifié les actions immédiatement engagées par l’exploitant.

A la lumière des résultats des investigations conduites sur les personnes ayant circulé dans la zone considérée, l'incident n'a pas eu d'impact sur le personnel, le public ou l’environnement.

Toutefois, en raison de la dégradation de la défense en profondeur mise en évidence par cette anomalie et de l’impact potentiel sur la radioprotection des travailleurs, cet incident a été classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires (INES) qui en compte 7.